2ème Festival de Broderie de Dole (2015)

Hello !
C’était très chouette !
Plus de 2500 entrées en 2 jours dans le bel espace de l’ancien Manège de Brack.

Myriam et moi sommes arrivées à Dôle, avec nos maris, vendredi en début d’après-midi. Plein soleil et 36° au thermomètre ! Accueil, chaleureux lui aussi, d’Irène, la grande organisatrice de la manifestation.

Nous avons monté notre stand sans attendre. Notre thème : le rouge et le blanc.
Heureusement, Myriam avait réfléchi à l’avance à la disposition des œuvres… Tout était prêt pour 18 heures et nous avons alors participé au « pot de l’amitié ».
Que le crémant du Jura était rafraîchissant !

Samedi et dimanche, nous avons rencontré un public majoritairement français, mais aussi suisse et italien. Les ouvrages confectionnés par différentes artistes de notre club ont reçu de réelles manifestations d’intérêt et de nombreux compliments.
Quelques commentaires retenus : élégance, raffinement, variété des réalisations, originalité des travaux communs. Parallèlement, les appareils photos se sont déchaînés !
Les Françaises se sont également étonnées de notre nom :
pourquoi « Jambes à points comptés » ? Quel est le rapport entre les jambes et la broderie?

C’est aussi avec curiosité et admiration que Myriam et moi avons découvert les stands des autres exposantes! Tant de belles réalisations ! Tant de variétés : broderies, patchworks, boutis, cartonnages ! Tant de couleurs, de thèmes abordés, de passion exposée !

Des commerçantes et créatrices étaient présentes. Nous nous sommes laissé tenter…

Un défi avait été lancé : créer une composition brodée à partir de diagrammes qu’Irène avait envoyés suffisamment longtemps à l’avance. Chez nous, quatre membres du club l’ont relevé !
Les très nombreuses créations étaient rassemblées dans un stand à l’entrée de la salle. Génial ! Epoustouflant ! Que d’idées ! Par exemple, ont été brodés : un tabouret, une roulotte, un panier, une pochette, un carrousel, un sac,  un abat-jour, un essuie-vaisselle, …

Samedi soir, un buffet froid a réuni 140 participants.  Moment de convivialité  … où nous avons rencontré des Belges vivant en France.

Dimanche, au terme du festival, nous avons reçu un diagramme en remerciement de notre participation. L’heure du démontage avait sonné ! Hommage à nos maris qui nous ont bien aidées… Et ramenées à bon port lundi !

Nous sommes certes rentrées fatiguées, mais avec une foule de souvenirs magiques en tête !
En trois mots : expérience à recommencer !

Dominique Gilis

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le défi du festival :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1° Festival de Broderie à Dole (2012)

73747215_pLorsque nous sommes arrivées dans cette belle ville de Dole, c’était pour nous l’inconnu.

Excitées par cette nouvelle aventure, nous nous sommes tout de suite installées dans l’espace réservé à notre club « Jambes à points comptés ».

Que les gens sont gentils et sympathiques dans le Jura !

Félicitations, c’est magnifique, c’est fin, c’est aéré ; ce sont les mots des visiteurs impressionnés par la diversité des travaux, mais… Jambes, c’est quel département ?

C’est en « Belgiiique ».

DSC02424Participer à ce premier festival de broderie était très enrichissants et les moments de partage entre exposants étaient pour Dominique et moi, un réel bonheur !

Je remercie Irène pour cette belle organisation.

Myriam

Kaléidoscope – Expo 2012

scan-6.jpgLe Samedi 20 et le dimanche 21 octobre 2012 , à l’occasion de leur 10ème anniversaire, le club de broderie « Jambes à Points Comptés », section de l’ASBL « Les Jambiens », organisait une exposition de broderies intitulée « Kaléidoscope », à l’Abbaye de Floreffe.

Cette exposition accueillait en invitée d’honneur, l’artiste française Françoise Marchadier, bien franoise_marchadierconnue des amateurs de points de croix.

Passionnante et imaginative, Françoise MARCHADIER , artiste française, développe une œuvre très personnelle et livre un travail évolutif de grande beauté. Tableau, tissus, vêtements anciens en sont les supports. Elle brode sans dessin préalable, suit sa propre inspiration et réalise ses modèles directement, à main levée, avec ses fils et son aiguille. Le travail de Françoise MARCHADIER est souvent lié à ses rencontres; Chemises brodées couvertes de visages en souffrance. A ses lectures ; visage inspiré d’Azijade de Pierre Loti. A ses expériences ; c’est pour expliquer les saisons à sa fille qu’elle s’est lancée dans un modèle de 12 tableaux évoquant les mois de l’année.

C’était la première fois que Françoise Marchadier exposait en Belgique.

DSC02931L’exposition était agrémentée d’une espace créatrice avec la présence d’Alexandra Marois et du linge ancien réactualisé, de Valérie Van Den Bergen et ses mini- vitrines, les créations de Pascale, Françoise Doutrelugne et ses sacs en tissus, Monique et ses pompons  en tulle,    Myriam pour Côté Broderie et Marie Joris avec ses ses abat-jours.

« Tables en Fête » – Expo 2010

Il y a deux ans, Myriam nous lançait un défi : réaliser une exposition avec pour thème « Les tables en fête ».

Les idées se sont réveillées, les toiles se sont rencontrées. Nappes fleuries, nappes de Noël, chemin de tables pour petites et grandes occasions…

Vinciane rêvait déjà de sa nappe du Bonheur des Dames et inlassablement brodait, brodait, brodait. Pascale venait à chaque réunion avec un nouvel ouvrage ; nappe aux skieurs, plateau jeu de l’oie… Carine se voyait prendre le thé sur sa nappe fleurie. Renée pestait sur sa main endolorie. Dominique se transformait en Béatrix Potter. Nadine brodait patiemment rose après rose.

DSC_3342Chacune exprimait sa créativité et son talent. Les mois ont passé, les semaines se sont rapprochées de l’évènement. Tel un chef d’orchestre, Myriam a mis tout en musique ; affiches, invitations, plan de la salle…

Côté déco, chacune a fouillé ses armoires pour y dénicher l’objet rare. Les nappes de nos grands-mères sont ressorties des coffres…

A la veille du grand jour, les fers à repasser ont chauffé. Quelques princes charmants de ces dames ont retroussé leurs manches et le tapis rouge a été déroulé.

Le samedi 23 octobre, notre salle « Les Jambiens » était transformée en parcours des quatre saisons. Nappes aux petits lapins, poules, moutons et nichoirs pour le printemps. Nappes provençale, fleurie, aux fruits et légumes pour l’été. Nappes d’automne avec ses couleurs chaudes. Et nappes d’hiver avec ses anges, le père Noël et les décorations de fêtes. DSC01555

Les yeux des brodeuses étaient émerveillés, fières d’y être arrivées. Il ne manquait plus que les visiteurs et ils n’ont pas manqué le rendez-vous, admiratifs devant autant de travail.
Les tables se sont illuminées, les bouchons ont sauté…la fête des petites croix avait commencé.

« Namur ma ville, ma province, mon patrimoine » – Expo 2008

A l’occasion du quarantième anniversaire de l’asbl « Les Jambiens », les membres de la section « Jambes à Points Comptés » présentent une cinquantaine de broderies ayant pour thème « Namur, ma ville, ma province, mon patrimoine ».

C’est dans le cadre historique de la Tour d’Anhaive que cette exposition originale met en scène des œuvres inédites uniquement inspirées du patrimoine.

Trois ans qu’elle se préparait cette exposition, patiemment, point par point.

DSC03647Cette fois, ça y est, elle est ouverte au public.

Dominique, Paulette, Arlette, Joséphine, Carine, Pascale, Vinciane, Sandra, Annick, Bernadette, Françoise, Carmen, Anne, Renée, Nadine, Gaby et moi-même, brodeuses de la section « Jambes à Points comptés » sommes fières de notre travail.

Une cinquantaine d’œuvres sont présentées à la Seigneurie d’Anhaive, sous le thème « Namur, ma ville, ma province, mon patrimoine ».

Cette exposition met en scène des œuvres inédites uniquement inspirées du patrimoine Namurois telle que l’architecture, l’histoire, le folklore, la gastronomie…OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce 21 novembre, à l’inauguration, nous avons été accueillies par Monsieur Frédéric Laloux, Président du Syndicat d’Initiative de JAMBES. Ensuite, Monsieur Jacques Toussaint, conservateur, a résumé l’histoire de la broderie. J’ai enchaîné sur le fonctionnement de la section, puis Huberte, notre secrétaire, a remercié les autorités d’avoir rendu possible ce projet et s’est félicitée d’avoir au sein des « Jambiens » une section «  aussi artistique ».

Les nombreux invités présents ont admiré la finesse des ouvrages. Ils ont été épatés par les nombreuses heures de travail consacrées à ces broderies et ont pu également découvrir les photos et les documents qui illustrent ces travaux.

 

« Autours des marquoirs » – Expo 2005

Autour des marquoirs affiche 1

Le point de croix est un point ancien que l’on retrouve dans les broderies égyptiennes.

Simple et rapide à réaliser, il était utilisé pour copier les motifs des tapis d’orient rapporté par les Croisés. Déjà en attendant leurs chevaliers, les belles brodaient…

Sous la renaissance, la broderie se popularise. L’église en raffole et les jeunes filles bien éduquées commencent à marquer leur linge de lettre, bordures et symboles. Elles s’exercent sur des morceaux de tissu, véritables référenciers transmis de mère en fille :des « samplers » en Angleterre et des « marquoirs » en France ou le point se disait aussi « point de marque ».

Au XVIIième siècle, le fil à broder rougit grâce à des teintures naturelles. Cette couleur est symbole de vie et de féminité. Les femmes commencent à apprendre à lire et s’exercent à l’écriture en brodant des alphabets : les premiers « abécédaires » étaient nés !

Au XVIIIième siècle, les marquoirs deviennent plus ornementaux . Elles les égayent en ajoutant des motifs floraux, des petits animaux, des personnages folkloriques ou bibliques!

139E1943Chaque motif symbolise quelque chose. Chaque marquoir représente la vie de la brodeuse à la manière d’une autobiographie qu’elles transmettent à leur descendants. Au XIXième siècle, que l’on soit une jeune fille issue de l’aristocratie, de la bourgeoisie ou du peuple, il est désormais de bon ton de broder. Chaque jeune fille doit être capable de préparer son trousseau et de marquer son linge, ce qui est nécessaire pour les distinguer lors des lessives communes.

Les progrès de l’imprimerie permettent de diffuser dans toute l’Europe

de nombreux diagrammes: 14.000 en 1840. Ce siècle sera l’âge d’or du point de croix non seulement en Europe, mais également aux Etats-Unis.

Le début du XXième siècle va amorcer le déclin du point de croix.

La guerre de 1914-1918 oblige les femmes à travailler et peu après la seconde guerre mondiale, la « révolution » féministe achèvera de nous dissuader de ces ouvrages…

Nostalgie du passé ou retour aux sources, il nous revient enfin, par les voies détournées des Etats-Unis et des pays nordiques où ses traditions sont toujours vivaces. Ici aussi, depuis quelques années, des enfants, des femmes bien occupées professionnellement et même des hommes brodent.